Les déictiques


        Les déictiques sont des unités linguistiques inséparables du lieu, du temps et du sujet de l’énonciation (je, ici, maintenant). Ces indices personnels et spatio-temporels, on les appelle encore embrayeurs. Leur valeur référentielle varie d’une situation d’énonciation à une autre. Il s'agit des indices personnels, des indices spatio-temporels et des indices de la monstration.


            a.- Les indices personnels : 1ère personne (je, me moi, nous, mon, ma, mes, notre, nos...), 2ème personne (tu, te, toi, vous, ton, ta, tes, votre, vos…). On ne peut pas savoir à qui ils réfèrent sans savoir au préalable qui est le locuteur et é qui il s’adresse.


            Dans le repérage de marques de personne, il ne faut pas se laisser tromper par « on » qui peut prendre différentes valeurs (indéfini, 1ère personne du singulier, 1ère personne du pluriel…)


            b.- Les indices spatio-temporels : Mots et groupes de mots qui situent le message dans le temps et l’espace par rapport à l’énonciateur. On ne peut pas savoir à quoi ils réfèrent sans connaitre la position spatio-temporelle de celui qui parle.

            Exemple de marqueurs de temps : aujourd’hui, maintenant, demain, hier, avant, dans 2 jours...

            Exemple de marqueurs d’espace : ici, à côté...


            c.- Les indices de la monstration : ce, cet, cette, ces, voici…

 

            NB : Il ne faut pas confondre référence déictique et référence anaphorique.


            1.- Dans l'exemple "Jeanne est née ici il y a trois ans", il n’est pas possible de savoir l’endroit ni la date de la naissance de Jeanne si on ne sait pas le lieu et l’année de l’énonciation. Il s’agit de référence déictique.


            2.- Dans l'exemple "Jeanne est née au Canada en 200", tout le monde sait à quoi réfèrent «canada» ou «2007». Il s’agit de référence anaphorique.