Les "18" de René Préval (Suite)

1.- Si pat gen dyalòg ant Desalin, Petyon avèk Lame Endigèn nan, pa t ap gen vètyè, pa t ap genyen … Ayiti … li pa t ap egziste jodia.

2.- Si pat gen estabilite nan pitan Lame Endigèn nan, pa t ap gen vètyè. M repete pa t ap gen vètyè, pa t ap gen Premye Janvye 1804 nan Gonayiv.        

17.- Si pat gen estabilite nan mitan Lame Endigèn nan, Zansèt nou yo pa ta ka rive kase chenn esklavaj kolon yo.

Dans ces énoncés, les procès p sont présupposés réels étant donné la marque temporelle. De plus, question de connaissances encyclopédiques, il s'agit de faits attestés. Mais dans le discours de Préval, ils sont posés comme des conditions nécessaires à l'indépendance haïtienne seulement par supposition. Les "si" 1, 2 et 17 sont donc de nature hypothétique. D’où ancrage du discours dans l’imaginaire.

3.- Si enstabilite, 

4.- Si chire pit pat rekomanse 17 Oktòb 1806 lè yo asasinen Desalin, 

5.- Si peyi a pat fann de bout depi lè sa a, 

6.- Si listwa nou pat tounen yon chaplèt koudeta, dechoukaj, konplo ak lagè sivil, peyi a ta pi lwen jodia, esitou peyi nou an t ap rele n toujou chèmètchèmètres.

7.- Si se pat enstabilite, wout sa a ki te kòmanse depi sou premye manda m nan ta fèt pou l fini depi lontan.

8.- Si se pat enstabilite, wout sa a ki te kòmanse sou premye manda m nan li ta fini déjà.

Wout sa a fèk kòmanse, men 9.- si se pat enstabilite, li ta dwe fini deja.

Dans les énoncés ci-dessus, les procès p (enstabilite) sont présupposés réels avec l’emploi du marqueur temporel. Tandis que les procès q au conditionnel envisagent des mondes fictifs dans le présent. Il s’agit de relations hypothétiques où le Président prend appui sur le réel (Haiti telle qu’elle est) pour mieux projeter son monde de rêve : (Haiti telle qu’elle aurait pu être). La stratégie du Président, dans ces énoncés, est très simple: Il part d'un problème réel comme pivot, et sans s'y attarder projette le pays de rêve qu'on aurait pu avoir.

10.- Si te gen estabilite, 

11.- si estabilite a te kontinye ant 2001 ak 2006, eske n ta wè ki valè pwogrè ki t ap fèt nan domèn agrikilti a !

A la wout, ala pwogrè nou ta fè pendan 15 ane sa yo 12.- Si te gen estabilite ak kontinyite

Dans 10, 11, 12, Préval persiste et signe dans sa posture de créateur de rêves en invitant, cette fois, le peuple à imaginer avec lui comment Haïti aurait pu être. P (estabilite), présupposé irréel est posé comme condition nécessaire de q (pwogrè) également présupposé fictif. Encore une fois, le pays tel qu'il doit être ou tel qu'il sera effectivement dans un laps de temps T n'est pas à l'ordre du jour dans le discours de Préval. 

13.- Si tout bagay pase byen, an 2011 n ap rive ak 100.000 djòb nan faktori

16.- Si eleksyon yo pase byen, nan kè poze… sa ap ranfòse konfyans ni ayisyen ni etrange nan kapasite peyi a …

Dans les énoncés 13 et 16, p (tout bagay pase byen/eleksyon yo pase byen) est un présupposé fictif posé comme condition d’un monde fictif q (100.000 djòb). Avec l’emploi de ces "si", le Président atteint son apogée dans l’expression du "pourianisme", comme s’il n’avait aucun rôle à jouer pour que tout se passe bien.

Il est dans la nature de certaines promesses d’être hypothétiques. Mais dans quelle mesure elles sont sincères, là est toute la question.

Le degré de sincérité d’une promesse conditionnelle est proportionnel au degré d’implication des protagonistes dans sa réalisation. Plus sa réalisation dépend de la coopération du bénéficiaire, plus elle est sincère. Plus sa réalisation dépend de l’énonciateur, moins elle est sincère. 

"Si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s'humilie, prie, et cherche ma face, et s'il se détourne de ses mauvaises voies, je l'exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays" (2 Chroniques 7/14) est une promesse sincère dans la mesure où seul le bénéficiaire peut faire en sorte qu’elle se réalise.

Par contre "Si tout bagay pase byen, an 2011 n ap rive ak 100.000 djòb nan faktori" est démagogique puisque l’énonciateur seul a le contrôle des paramètres de réalisation de sa propre promesse. Pour s’en rendre compte, il suffit de se demander : Quel est le rôle d’un Président? Qui est chargé, dans un pays, de prendre des mesures pour que tout se passe bien, pour que les élections se déroulent dans la transparence?

15.- Si se pat konfyans eske ou kwè konpayi Royal Caribbean ta pran chans asosye l ak Leta Ayisyen pou envesti plis pase 50.000.000 dola nan pò Labadi?

Dans 15, le procès q (konpayi Royal Caribbean... envesti...) remplit les conditions de validité dans notre monde Mo en tant que fait attesté, mais tel n’est pas le cas de p (konfyans) qui fait figure d’hypothèse. Avec cet énoncé, le Président ne contraint pas son allocutaire à imaginer un monde fictif, mais plutôt l’interpelle en complice, l’invitant à créer lui-même ce monde hypothétique qu’est p (konfyans).

18.- Si pa gen estabilite andan sosyete a jodia, nou p ap rive kase chenn mize ak povrete a.

Ici la structure de raisonnement est (si non p non q), avec p (estabilite) présupposé irréel posé comme condition nécessaire d’un q fictif (rive kase chenn mize ak povrete a).

Conclusion

Dans l’ensemble, le discours de René Préval est conçu sous la modalité de la fiction où il fait miroiter dans l’imagination du peuple, un pays de rêve, Haiti telle qu’elle aurait pu être. Au lieu d’essayer de cerner le problème de l'insécurité et de dire au peuple ce qu'il entend faire ou ce qu'il va faire concrètement pour l'éradiquer en tant qu'obstacle au développement, le Président ne fait que s'en plaindre. Quelle meilleure façon de compenser son incapacité et fuir ses responsabilités?

Le Président a bien réussi son tour de passe-passe avec les "si", parlant de la réalité haïtienne tout en l'esquivant et projetant les aspirations du peuple dans l'irréel du futur. 

Dans son premier discours de l’année 2010, le président aura donc imposé à la conscience collective un pacte uchronique fait de réalisations fictives, (si tout bagay pase byen, n ap rive ak 100.000 djòb) et de figures historiques (Dessalines, Pétion), porteuses du merveilleux imaginaire haitien.


Retour au début de l'article