La progression thématique


        La progression thématique se caractérise par l’articulation d’informations anciennes (thème) et nouvelles (propos) dans le texte.

 

        Dans tout énoncé, il y a deux constituants informationnels : le thème et le propos. Le thème est ce dont on parle, tandis que le propos est ce qu’on dit de ce dont on parle.


        Exemple : Mes enfants jouent dans la cour.

                            (thème)            (propos)


        Le thème est aussi défini comme une trace d’information ancienne (déjà connue)  dans l’énoncé comparativement au propos qui est une information nouvelle.


        Mes enfants jouent dans la cour. Je vais leur demander de nous rejoindre.


       Dans cet exemple, le pronom «leur» remplace mes enfants. Donc  «leur» en tant que trace d’une information ancienne est le thème de l’énoncé 2.

 

        Il existe plusieurs types de progressions thématiques dont la progression à thème constant, la progression linéaire, la progression à thème divisé, la progression à distance, la progression pragmatique.

 

        Progression à thème constant : dans ce type de progression, le thème ne change pas en passant d’un énoncé à une autre. Exemple : Mes enfants jouent dans la cour. Ils s’amusent follement.

         (Th1 + Prop1. Th1+Prop2)

 

        Progression linéaire : dans ce type de progression, le propos devient thème à son tour en passant d’un énoncé à une autre. Exemple : Mes enfants jouent dans la cour. Le jeu semble amusant.

         {Th1 + Prop1. (Th2=Prop1)+Prop2}

 

        Progression à thème éclaté : dans ce type de progression, le thème est divisé en sous-catégories qui deviennent thèmes à leur tour en passant d’un énoncé à un autre. Exemple : Le carnaval, cette année, aura une allure exotique : Les masques seront importés du Congo.


        Progression globale : elle caractérise le fait de thématiser tout un énoncé. Ex : Jean est rentré hier à 4 heures. C’était prévisible. Dans cet exemple, Jean est en position de thème dans la phrase 1. C’ comme thème de la 2ème phrase, ne reprend pas seulement le thème Jean, ni le propos ; il reprend tout l’énoncé « Jean est rentré hier à 4 heures ».

 

        La progression à distance : elle rend compte de la réactivation d’un thème perdu de vue dans le déploiement du texte. Ex : La démocratie est une école de courage. Dans cette école, il n’y a pas d’élèves et pas de maitres. Chacun est à l’écoute de l’autre. Mais la démocratie ressemble aussi à une porte ouverte sur l’anarchie.

 

        La progression énonciative : elle concerne les cas où l’enchainement se fait de manière implicite. Il s’agit d’enchainement sur une information en mémoire discursive. Ex : Toi, tu es un brillant étudiant. Mais Paul, hm !

La séquentialité                      Critères de textualité