Critères de textualité


        Considérant la définition du texte de Slakta, la textualité peut être caractérisée par quatre critères: la cohérence, la cohésion, la progression thématique, la séquentialité. 

 

La cohérence

        La notion de cohérence implique l’organisation logique de la pensée autour d’une intention globale. Rendant compte de l’organisation conceptuelle du texte, la cohérence se rapporte au niveau sémantique du discours. Elle est caractérisée par :

 

      L’unité thématique : le texte jugé cohérent est un macro-acte de communication donnant lieu à l’expression d’une intention informative.


       La non-contradiction : le texte jugé cohérent est un texte qui n’introduit aucun élément sémantique contredisant un contenu posé ou présupposé antérieurement. On ne peut en même temps affirmer une chose et son contraire.


        La relation : le texte cohérent est un texte mettant en relation, de manière explicite ou implicite, les faits du monde qu'il représente  (en termes de cause, de condition, de conséquence, d’addition, d’opposition etc.).

 

La cohésion

        La cohésion désigne l'ensemble des moyens linguistiques qui assurent les liens intra et interphrastiques dans le texte. Elle se rapporte au niveau morphosyntaxique et est régie par trois types de phénomènes: référentiation, ellipse et connexité. 

 

        La référentiation est l’opération par laquelle le signe linguistique renvoie à un objet du monde extérieur. On peut retenir deux dispositifs de référentiation : la référence anaphorique et la référence déictique.

 

        La référence anaphorique renvoie à une réalité présente dans le discours ou ayant un caractère générique. Exemple : Jeanne est née au Canada en 2007. (Tout le monde sait à quoi réfèrent « canada » ou « 2007 »).

 

        Tandis que la référence déictique renvoie à une réalité dont le référent ne peut être établi que par rapport à la situation d’énonciation. Ex: Jeanne est née ici, il y a trois ans. (Dans cet exemple, il n’est pas possible de savoir l’endroit ni la date de naissance de Jeanne si on ne sait pas le lieu et l’année de l’énonciation). 

 

        L’ellipse se caractérise par l’économie d’information dans l’énoncé. Exemple: Lorsqu'un locuteur dit à un autre : "j'ai raison, n'est-ce pas?", il faut croire qu'ils ont suffisamment d'éléments en commun qui rendent possible l'enchainement sur des informations en mémoire discursive.

 

        La connexité se réalise par le biais des conjonctions, des pronoms et autres types de connecteurs établissant la continuité sémantique et pragmatique entre les énoncés.


La progression thématique                 La séquentialité